parcours

Le vocabulaire pictural de Delphine de Luppé tente de réduire, dans l’affrontement des contraires, l’objet au signe. Ses figures oscillent entre des surfaces griffonnées et des structures concrètes. Ce dialogue confond, partage et module les plans des peintures. Sous les syncopes des bâtons d’huile se dessinent des lignes droites et des formes géométriques, aplats colorés, découpes architecturales, jeux de perspective et de matière, cartographies urbaines et rurales, dessus, dessous, dedans.
Le travail récent pousse encore l’idée du zoom topographique. Par une perspective contrainte, l’artiste tente de contenir dans la surface exacte de la toile, l’ensemble de la scène. Elle envisage ses travaux comme des murs qui bloqueraient le regard.
Delphine de Luppé utilise également des images récupérées de livres anciens, guides de voyage, traités techniques, ouvrages privés… Brutes, elle les recouvre d’un réseau coloré qui en exalte la part saillante. Points noirs ou lignes rouges caressent l’imprimé comme l’échafaudage dévoile les reliefs du bâti qu’il protège. Reproduites sur de grandes bâches de chantier, les images deviennent un canevas où la laine brode une nouvelle histoire, y ajoutant un signe, y dupliquant une trace.

Delphine de Luppé’s pictorial vocabulary attempts to reduce the object to a symbol, in a clash of opposites. Her figures fluctuate between scribbled surfaces and defined structures. This concept blends, shares and shapes the plans of her paintings. Straight lines and geometric shapes, colourful flat tints, architectural cross-sections, optical illusions and material combinations, urban and rural maps take shape over, under and within one another, to the beat of oil sticks.
Her recent work delves further into the concept of topographic zoom. Through a restricted perspective, the artist attempts to contain the entire scene within the surface area of the canvas. She sees her work as walls that block the view.
Delphine de Luppé also uses images taken from old books, travel guides, technical documents, private works... She takes the original images and covers them with a coloured network, which brings out the prominent part. Black dots or red lines skim over the print, just as scaffolding reveals the shape of the building it protects. Reproduced on large construction tarpaulins, the images become a canvas where wool embroiders a new story, by adding a symbol, by duplicating a line.


— Atelier Guillaume Beaugé
— École Supérieur des Arts et Techniques (ESAT)
— École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris (ENSBA)

expositions personnelles (sélection)

Souches et Buissons, galerie Le Domaine Perdu, Meyrals, 2017
Portiques, galerie Le Domaine Perdu, Meyrals, 2013
— Galerie Art4, Caen, 2013
Plan Libre, Galerie V, La Rochelle, 2011
Chemin faisant, La Galerie Crous de Paris, Paris, 2011
Mémorial Lin Visible, chapelle de Silleron, Seine-Maritime, 2010
— Galerie Cadre Noir, Versailles, 2010
Un tas de figures, galerie Crous|Beaux-Arts, Paris, 2008
Une seule figure, galerie Crous|Beaux-Arts, Paris, 2004

expositions collectives (sélection)

Support Studieux, galerie Zeuxis, Paris, 2017
Second Life, galerie Le Domaine Perdu, Meyrals, 2017
La Ligne, galerie Zeuxis, Paris, 2016
1000 Plateaux de Caux, galerie Duchamp, Yvetot, 2015
La mer, la mer, toujours recommencée, galerie Lionelle Courbet, Paris, 2015
Fragilités, galerie Première Œuvre, Paris, 2015
Natura Artis Magistra, invitée par /a.ken/ et Jeune Création, Paris, 2014
Bleu de l’été, galerie Lionelle Courbet, Paris, 2014
Vox Feminae, galerie Le Domaine Perdu, Meyrals, 2014
— Cabane Georgina, invitée par Jeune Création, Marseille, 2014, 2013
— Galerie Zamenhof, Milan, 2013
— Galerie Olivia Ganancia, Paris, 2013, 2012
— Galerie La Quincaillerie, Veules-Les-Roses, 2013, 2010
— Galerie V, La Rochelle, 2012
— Galerie Michelle Broutta, Paris, 2012
Alice aux reflets arturiens, musée Arturo Lopez, Neuilly-sur-Seine, 2008
[Être]s, galerie Aroa, Neuilly-sur-Seine, 2008
Les mains gauches, centre d’arts plastiques Albert Chanot, Clamart, 2008
— Galerie Art4, Caen, 2007
Êtres chairs, galerie Jean-Pierre Delage, Saintes, 2007
— Prix Art et Découverte Business & Décision, Paris, 2006

foires et salons (sélection)

— Salon Artelys, Bourg-en-Bresse, 2014
— Art Osaka, invité par Jeune Création, Osaka, 2013
— Chic Dessin, Paris, 2013
— Affordable Art Fair, Bruxelles, 2013
— Lille Art Fair, Lille, 2013
— Affordable Art Fair, New York, 2013
— Jeune création, 104centquatre, Paris, 2012
— St'art, Strasbourg, 2012
— Salons de Mai / Comparaisons / Réalités Nouvelles, 2010-2006
— Salon Mac2000, Paris, 2007, 2006

publications (sélection)

—» Geneviève Besse-Houdant, Trop de mouvance, “Vibrations”, collection Petit Format, édition Galerie Duchamp, 2015
—» Frédéric de Lachèze, Grand Large, exposition La Mer, la mer, toujours recommencée (galerie Lionelle Courbet, Paris), 2015)
—» Claire Dupin, Une heure, une œuvre, Jeune Création 2012, 104centquatre, Paris
—» Clara Guislain, Caissons, Jeune Création 2012, 104centquatre, Paris
— Manuel, numéro spécial, 2012
— Guillaume Benoît, Slash Magazine, 2012
— Patrick Sembel, Des couleurs dans l’oreille, Radio France, 2011
— Erik Levesque, Abstraction Nostalgique, Géométrique et Historique, 2011
— Beta Galerie, 2010
— Cimaise, 2007

commissariats (sélection)

—» nopicture.org, plateforme éditoriale, 2017
1000 Plateaux de Caux, galerie Duchamp, Yvetot, 2015

—» Mémorial Lin Visible, chapelle de Silleron, Seine-Maritime, 2010

décors (sélection)

Partir, long métrage, Catherine Corsini, production Pyramide
Thé ou Café, France 2